HomeBlog

Combien gagne un auxiliaire vétérinaire ?

Combien gagne un auxiliaire vétérinaire ?
Like Tweet Pin it Share Share Email

L’auxiliaire vétérinaire a pour principale mission de seconder le vétérinaire lors de ses différentes interventions dans le cabinet. Ses tâches peuvent aller de la paperasse, en passant par l’hygiène des lieux jusqu’aux soins animaliers. Des obligations supplémentaires qui peuvent vite paraître ingrates pour un aspirant à ce métier. Une réflexion qui pousse certains à se demander si le salaire à la fin est réellement à la hauteur de tous les efforts fournis. Si vous faites donc partie de ce lot, découvrez tout de suite dans cet article la rémunération d’un auxiliaire vétérinaire.

Le revenu d’un auxiliaire vétérinaire du secteur privé

C’est le secteur qui accueille le plus d’auxiliaires vétérinaires. Parmi les nombreux établissements disponibles, il y a lieu de mentionner : 

  • Le cabinet vétérinaire
  • La clinique des soins animaliers
  • Le CHV (centre hospitalier vétérinaire)
  • Le centre regroupant des vétérinaires experts

Il existe une convention collective nationale des cabinets et cliniques vétérinaires qui détermine les rémunérations minimales des assistants-vétérinaires. La répartition se fait comme suit : 

  • L’AV (auxiliaire vétérinaire) encore appelé ASA (auxiliaire de santé animale) avec un profil junior gagne de 1678 euros brut mensuels.
  • L’AVQ (auxiliaire vétérinaire qualifié) perçoit 1725 euros brut par mois en début de carrière.
  • L’ASV (auxiliaire spécialisé vétérinaire) touche une rémunération minimale de 1835 euros.

Avec plus d’années d’expérience, un auxiliaire vétérinaire travaillant dans le secteur privé peut gagner environ 2200 euros brut mensuels. La variation de son salaire dépend donc de son expérience et de son échelon. L’échelon 3 représente un AV, l’échelon 4 représente un AVQ et l’échelon 5 représente un ASV

Le revenu d’un auxiliaire vétérinaire prestataire

Les assistants-vétérinaires ont le droit de quitter le secteur privé pour devenir prestataires de service. Néanmoins, il devra continuer à travailler sous la charge d’un vétérinaire. Mais la nuance principale réside dans le fait que le vétérinaire n’est plus le patron de l’auxiliaire, mais plutôt l’un de ses clients. 

En se mettant à son propre compte, l’auxiliaire vétérinaire accepte de soumettre son salaire à plusieurs critères. Notamment son expérience, sa spécialisation (canine, rurale, équine) ainsi que sa situation géographique. En revanche, son chiffre d’affaires ne devra pas excéder 6080 euros par mois. Mais en réalité, ce chiffre est difficilement atteignable. Un plafond de 2000 euros brut mensuels est facilement accessible. Un montant estimé en prenant en compte les dépenses accessoires comme le déplacement ou le matériel. 

L’évolution de carrière dans le secteur privé

Un auxiliaire vétérinaire peut partir de l’échelon 3 à l’échelon 5 en demandant une VAE (validation des acquis de l’expérience) après avoir passé un an dans un service en clinique ou établissement similaire. Dès lors, plus de responsabilités lui seront confiées et sa rémunération ne pourra que croître. L’assistant-vétérinaire peut également se tourner vers des métiers comme soigneur animalier ou éducateur canin. Cependant, seul un Diplôme d’État de Docteur Vétérinaire peut garantir son évolution jusqu’au poste de vétérinaire. 

L’évolution professionnelle de l’auxiliaire vétérinaire prestataire

Pour agrandir son champ d’action, l’auxiliaire vétérinaire prestataire peut tenter une spécialisation dans des types d’animaux dont la recherche est constamment active. Comme les NAC (nouveaux animaux de compagnie) à savoir : les rongeurs, les poissons ou encore les reptiles qui sont de plus prisés. En dehors de ça, il peut acquérir des revenus supplémentaires en proposant des produits et articles animaliers lors de ses interventions.

Conclusion

Somme toute, il y a lieu de retenir que le salaire d’un assistant vétérinaire dépend surtout du secteur dans lequel il se situe. Si on ajoute à cela plus de précisions comme son ancienneté dans le métier et sa spécialisation, son revenu mensuel devient encore plus facile à estimer.